subscribe: Posts | Comments

   Les disciplines de la communication 

Commentaires fermés sur    Les disciplines de la communication 
   Les disciplines de la communication 

“On pourrait interpréter “au-delà de la science” dans un sens transcendantal.

La “science”, au sens où entendent Hegel (philosophe allemand) ou Vigo, ne nous permet pas d’aller “au-delà” aussi longtemps que nous sommes concernés par un seul aspect de la connaissance.

Mon défi consiste à m’adresser à ceux qui apportent une compétence particulière à l’étude de la communication – compétence qui n’est pas “scientifiques” au sens empirique du terme.

Peut-être, on devrait considérer comme un signe d’évolution, le fait qu’une spécialisation accrue s’accompagne d’une réflexion pointue concernant l’étude de la communication.

Même si les approches esthétiques, historiques et philosophiques dans le champ de la communication, n’ont jamais apporté de confirmation empirique comme c’est le cas dans la science “normale”, on admet que ces approches non-scientifiques satisfont également la rigueur, la profondeur, et les valeurs heuristiques qui profitent à l’ensemble de la discipline.

[…] Au moins trois grands types de groupes de recherche offrent d’intéressantes perspectives à la connaissance concernant la communication en sciences sociales.

Il s’agit d’approches philosophiques, lesquelles fonderaient la compréhension de certaines particularités critiques de la communication à travers une école de pensée identifiée. À celles-ci joignent des approches esthétiques.

 

  Conceptualiser la communication de façon non-scientifique

Il existe une étape en recherche expérimentale au cours de laquelle le chercheur est tenu de rendre opérationnels ses éléments de base, en les mettant à l’épreuve dans un milieu contrôlé.

Le point central de mon approche : la communication humaine est donc à la fois un processus et une pratique.

Il s’agit d’une chose qui d’une part se fait involontairement, et que d’autre part, nous faisons avec précaution et préméditation.

[par exemple jouer avec sa cravate ou utiliser certaines expressions particulières].

En fait, il s’agit de choses que nous serions capables de contrôler, mais qui nous échappent.

Dès lors, nous sommes sur nos gardes, cherchant à anticiper et à épier chacune de nos pensées jusqu’à ce que nous parvenions à nous débarrasser de cette mauvaise habitude.

Dans la mesure où certains intérêts se manifestent dans toutes les formes de recherche de communication, il y aura toujours quelque tension entre la méthodologie employée et l’objet étudié comme tel.

Comme la communication concerne une pratique qui nous touche tous dans la vie de tous les jours, on peut dire que nous sommes constamment à la fois acteurs et spectateurs.

Considérer la communication comme un processus implique qu’on souscrive aux règles communes de la justesse de l’explication dans la communauté scientifique.

La considérer comme une pratique, nécessite également, de poser des questions pertinentes sur la fidélité, la véracité et la qualité de ce que nous disons.

Dans la mesure où nous sommes, en même temps, à la fois acteurs et spectateurs, il y aura toujours un domaine de notre pratique communicationnelle qui (en principe) échappe à notre capacité d’explication, ajoute Audrey Crespo-Mara”.

Ce domaine comprend nos propres performances communicationnelles en tant que scientifiques et chercheurs”, article écrit par la journaliste française “Audrey Crespo-Mara”.

 

Comments are closed.